De l'utilité des freins

par Norbert MOSSON

(...)
Ce matin, j'avais prévu de voler. Météo sublime, tout était parfait. Dècollage à 9h30 et de nouveau au sol 2 secondes plus tard, hélice en croix. Et merci aux freins sans qui j'étais bon pour le fossé en bout de piste!

Norbert qui cherche encore pourquoi son moteur a serré au décollage.

PS: ROTAX 377, sur fonctionnement trop pauvre. Je pense fortement a un encrassement du gicleur ou un probleme cote du filtre qui est dans la cuve. J'aurai la reponse une fois le carbu demonté.

_ _ _


Et bien Norbert, ce coup ci tu y es allé fort ! Moi perso j'aurai pas osé poser en travers. Il m'est arrivé une fois de me poser à Sainte Foy la Grande  avec un vent comme toi, bien perpendiculaire et plus de 50 km/h, une heure après  on l'avait mesuré à 60 km/h, on devait aller au rassemblement RSA d'Angoulême  avec Patrick Frigeri et son Balerit, mais le vent étant de face on a annulé. L'option que j'ai prise a été d'arriver avec de la vitesse et du moteur (la  dérive est mieux soufflée par son souffle), un bon 110 km/h en finale et j'ai  coupé que vraiment au ras du sol. J'ai posé et je me suis trouvé sur une roue le  côté droit s'étant levé, j'ai donné un coup de manche à gauche pour le  ramener à plat et puis ça c'est arrêté là. L'aile arrière gauche n'avait même  pas touché l'herbe, mais elle devait pas en être loin! Seul dégat que j'avais  eu, la roue arrière qui s'était crevée, peut-être la chambre à air avait été  pincée à l'impact.
(...)

Jerome
_ _ _


Ca y est, j'ai démonté aujourd'hui. En fait, c'est plus tordu que ce ne semblait... Et contrairement a ce que je pensais, le train n'est même pas allé en butée sur le fuselage.

En fait, lors de mon atterro, la roue gauche est la première qui a touchée terre (appareil légèrement incliné à gauche). En regardant un peu la force du sandow fonction de l'élongation maxi (quand le fuselage touche le sol), il donne une force de 840kg (70 kg sur 12 brins) sans que le train aille en butée. Le fuselage ayant effectivement touché le sol coté gauche (vu la quantité d'herbe et terre coincée dans le sandow tout neuf, il n'y a aucun doute) à l'impact, la roue gauche a du supporter plus de 800 kg toute seule, pas étonnant que le train aie plié de 10°, et exactement au niveau du sandow.

 

Train plié côté gauche

Le train plié au niveau du sandow, côté gauche

 

Le cote droit du fuselage n'a pas touché le sol. On peut cependant estimer à 4G l'accélération à l'impact avec le sol lors de ce touché en parachutal (j'estime à plus de 800 kg sur la roue gauche, environ 300 sur la roue droite et 40 sur la queue, la masse de la machine étant à 270 kg à l'atterro ce jour).

Costaud les élastiques!! et génial le train Mignet. Je pense qu'avec tout autre solution, le fuselage était foutu., ou tout du moins bien endommagé, car pour encaisser 3 à 4G verticaux à l'impact, il faut une suspension bien balaise, et le système Mignet les absorbe sur 14 cm, ce qui évite un gros CRAAAAK dans le fuselage.

Norbert qui va réparer tout cela cette semaine.




Origine de l'article: messages de Norbert MOSSON
Mise en ligne : Thibaut CAMMERMANS


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)