Options de construction


Jean-Pierre Lalevée - Janvier 2005


L'expérience démontre que certains choix sont à faire avant de commencer à coller les deux premiers morceaux de bois, dès lors que l'on a décidé de construire un HM 293. Ces choix conditionnent un certain nombre d'adaptations ou de modifications qui ne figurent pas forcément sur le plan dont on a fait l'acquisition. Si l'on a fait l'impasse sur ces choix, en se disant qu'on allait d'abord suivre le plan, et qu'ensuite on verrait bien ... on fait une erreur, car il est plus difficile de transformer une construction déjà terminée que de modifier dès l'origine ! Et puis il est bon de savoir que le HM-293 ne manque pas de défauts, dont beaucoup sont pourtant faciles à corriger.


RALLONGER LE FUSELAGE:


Même si l'on ne dépasse pas 1,70 m, il est indispensable de rallonger le fuselage d'au moins 5 cm entre le dossier pilote et la cloison pare-feu.
Si l'on est plus grand, ne pas hésiter à rallonger de 10 cm.
Conséquences sur le centrage: au pire un avancement de l'aile avant, qui augmentera l'entreplan horizontal, ce qui n'est pas un inconvénient, bien au contraire.
Toutes les indications sur l'allongement du fuselage ont été données dans les anciens bulletins AFM.


CREUSER LE DOSSIER PILOTE:


Le dossier plat est d'une part très inconfortable en lui-même, et d'autre part ne maintient pas le pilote dans les tabasses. Il faut réaliser un dossier concave, qui deviendra confortable même avec un rembourrage minimal (donc très léger), et qui maintiendra beaucoup mieux le pilote qui subit des mouvements latéraux parfois violents à son corps défendant.
L'avantage d'un dossier creux est aussi de reculer de quelques centimètres le dos du pilote, qui ainsi a moins le nez dans son tableau de bord.
Cette transformation simple à réaliser ne figure sur aucun plan.
Les conséquences sur le centrage sont très bonnes en association avec un train tricycle ou/et un fuselage rallongé, car le recul du dos du pilote remet un peu de poids sur l'arrière.


INSTALLER IMMÉDIATEMENT UN TRAIN TRICYCLE:


Le HM-293 classique est très dangereux au sol, car susceptible de partir de façon inattendue en cheval de bois.
Beaucoup d'appareils ont été cassés définitivement ou ont subis des dégâts plus ou moins graves dans cette circonstance. Encore bien si le pilote garde le moral pour réparer. On a déjà vu des constructeurs abandonner leur construction avant même de pouvoir la faire voler, après avoir perdu toute confiance en elle lors des roulages d'apprentissage.

On peut préférer le train classique pour des raisons esthétiques, mais cet "argument" qu'est l'esthétique n'a strictement aucune valeur, car la sécurité doit passer avant toute autre considération. Serait unanimement déclaré crétin inconscient celui qui, choisissant une voiture d'occasion dirait: « Je prends celle-ci: la bleue, celle dont la direction peut lâcher à tout moment, parce que j'adore le bleu ».

Il faut éviter de construire un HM 293 en train classique, même si Mignet l'a dessiné comme ça, à moins d'avoir mûrement réfléchi...


RALLONGER LE GUIGNOL DE COMMANDE DE DÉRIVE:


La longueur des 2 bras du guignol est insuffisante. Le Pou en vol est très sensible aux déplacements latéraux du manche, ce qui induit des difficultés de pilotage, tout particulièrement quand on débute et qu'on a tendance à surcontrôler.
Il faut rallonger de 40 et même 50 mm les deux bras du guignol, ou placer plus bas l'articulation du manche, ou un peu des deux.


NE PAS SE CONTENTER D'UNE SIMPLE CEINTURE:


La simple ceinture 2 points qui figure sur le plan de R. Grünberg est notoirement insuffisante. Il est ABSOLUMENT INDISPENSABLE d'installer avec cette ceinture un harnais comportant 2 bretelles, qui vous évitera de vous fracasser le visage contre le tableau de bord en cas d'arrêt frontal brutal. Attention, il faut aller chercher la fixation des bretelles loin en arrière du fuselage, et ne pas se contenter d'une fixation sur la latte supérieure de dossier ou de coffre, car votre masse est proportionnelle au carré de la vitesse; elle augmente donc très vite...

Le casque n'est pas non plus un accessoire superflu !
Ayant assisté au passage sur le nez suivi du retournement complet par l'avant d'un HM293, retenu par un fil de clôture lors de son atterrissage, je pense pouvoir affirmer sans me tromper que les bretelles ont sauvé la vie du pilote, et que s'il n'avait disposé que d'une ceinture il serait mort, ou aurait au moins été défiguré à vie dans l'accident. Il s'en est tiré sans une égratignure; le Pou a été entièrement détruit ...

Crash HM293

Si vous en arrivez là, il sera trop tard pour regretter l'absence des bretelles ...



Origine de l'article: Jean-Pierre LALEVEE
Mise en ligne: Thibaut CAMMERMANS


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)