Les nervures de type CROSES


Par Hans ENGELS et Bruno CORBEAU


Les nervures treillis classiques sont légères et économiques, mais fort longues à fabriquer et à vernir. Une excellente alternative existe: la nervure type Croses.

Il s’agit d’un type de nervure dérivé de celui qu'emploie Emilien Croses sur ses Criquets. Elle se compose de deux baguettes rainurées collées sur une âme en contreplaqué, et d’un bec en balsa:


Les avantages de ce type de nervure résident dans la très grande rapidité de fabrication et de vernissage, incomparable avec ce qu’exige la nervure treillis classique. Les baguettes peuvent être minces, donc sans mise en forme préalable pour celle d’extrados, car le contreplaqué annule tout risque de flambage. L’inconvénient est le coût supérieur.

La nervure est assemblée sur un moule (voir photo ci-dessus) constitué d’une âme en contreplaqué épais ou en aggloméré (16-20 mm) taillée précisément au profil, et chapeautée de deux bandes de profilé aluminium d'épaisseur 2 mm et 40 mm de largeur, fixées par des vis. Le moule permet d’assembler deux nervures à la fois (une dessus, une dessous).


Découpe des âmes en contreplaqué:


Respecter le sens des fibres extérieures, à 90° par rapport à la corde du profil:


La plupart des panneaux de contreplaqué ont une largeur de 122 à 125 cm, qui limite à cette valeur la corde utilisable sans raccordement du contreplaqué. Mais les panneaux de CTP bouleau existent souvent en 150 x 150 cm, ce qui règle le problème pour les cordes de 130 cm (HM360/380) ou 140 cm (HM14). Pour une rainure de 1,5 mm de large, on peut utiliser du CTP bouleau de 1,2 mm (12/10) qui fait souvent entre 1,3 et 1,4 mm d’épaisseur vérifiée. C’est alors un peu plus lourd et moins facile à coller que l’okoumé (voir plus bas pour l’assemblage et l’allègement).

On fait un paquet de -par exemple- 20 rectangles de contreplaqué que l’on pose sur une planche. On perce à l'endroit des longerons deux petits trous où l’on met deux clous. Sur la feuille supérieure est dessinée la nervure. On coupe tout le paquet (les 20 feuilles + la planche) avec une scie à ruban. On ponce les défauts du paquet et le tour est joué. La découpe doit être assez précise pour limiter le ponçage qui suit.

Si l'on ne dispose pas d’une scie à ruban, on peut très bien utiliser une scie sauteuse ordinaire: dans ce cas, placer une planchette par dessus la pile de nervures et tracer le profil dessus. Cela évite de détériorer le contreplaqué de la première feuille lors des allers-retours de la lame.

Remarque: La découpe de la première âme de nervure, qui servira de gabarit de traçage pour toutes les autres, doit être très soignée selon la profondeur de la rainure des baguettes, afin que l’assemblage soit correct, sans jeu excessif.

Les âmes peuvent être allégées au moyen d’un compas tranchant, comme le proposait Henri Mignet pour le HM14. Voir tout en bas de l’image ci-dessous:



Rainurage des baguettes:


On rabote des baguettes à 5 mm x 10 à 12 mm, dans lesquelles on pratiquera une rainure de 2 à 3 mm de profondeur. Sur le Criquet léger, Croses utilise une section de 4 mm x 12 mm avec une rainure de 2 mm de profondeur.

Avec une rainure de seulement 1,5 à 2 mm de profondeur, la baguette d'extrados chargée en compression résiste à plus de 20 kg par cm sans s'arracher du contreplaqué (résultats enregistrés: 23,4 à 31,2 kg / cm de baguette). Pas de problème de résistance par conséquent.

La rainure dans les baguettes s'effectue vite, une fois que le réglage est trouvé: un quart d'heure pour toutes les baguettes d'une aile. On utilise une scie circulaire de 1,5 mm de largeur et un guide de baguette:


Si l'on doit faire une rainure plus large (tolérance d’épaisseur du contreplaqué):
- on peut faire deux passes de rainurage, très légèrement décalées;
- on peut placer une cale mince entre les rondelles qui tiennent la scie; ainsi la scie est un peu «voilée» et la rainure s’élargit;
- on peut monter le guide pas complètement parallèle par rapport à la scie; on fait alors une rainure légèrement trapézoïdale.

Un jeu de quelques dixièmes de mm n'est pas un problème: l'expansion d’une bonne colle polyuréthane (exemple: Rectavit STRUCTAN) fera le reste.

Si l'on ne dispose pas d'une scie circulaire de table, on peut s’en sortir - comme je l‘ai fait - avec une mini scie circulaire montée sur une perceuse à main: on réalisera facilement un montage-guide sur établi, rustique mais fonctionnel. L'important étant que la baguette (et la perceuse, sécurité oblige) soit parfaitement maintenue dans tous les sens et qu'on usine de préférence en poussant la baguette (et non en tirant). Attention: ce n’est pas vraiment une machine agréée «sécurité du travail», alors on y va avec prudence! Notez la butée qui permet à la perceuse de résister au couple de sciage:




Assemblage des nervures:


On dépolit les surfaces de collage du contreplaqué (indispensable si l'on a utilisé du triplex de bouleau, très lisse). On encolle soigneusement, on assemble les baguettes sur l’âme et on introduit la nervure dans le moule de maintien en commençant par le bord de fuite. On peut s’aider à maintenir les baguettes avec du ruban adhésif pendant cette manipulation, car elles manifestent une tendance affirmée à l’évasion.

Après séchage et démoulage, on ajoute les becs en balsa que l’on rectifiera plus tard à la ponceuse. Pour une meilleure rigidité, les fibres du bec doivent être légèrement inclinées vers l’arrière:



Assemblage de l’aile:


On trace et on découpe précisément les emplacements des longerons. On enfile les nervures sur ces longerons où on les fixe par l’intermédiaire de baguettes collées à la fois sur l’âme de la nervure (des deux côtés) et sur celle du longeron.



Origine de l’article, photos: Hans ENGELS
Rédaction: Bruno CORBEAU
Mise en ligne: Thibaut CAMMERMANS


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)