"GRETCHEN", le Pou de Mike OGREN

L''américain Mike OGREN a conçu et construit un intéressant appareil de formule Mignet. Ce pou-du-ciel fait appel à une structure et des procédés constructifs plutôt simples, notamment les ailes inspirées du Pouchel de première génération.

Le Gretchen en vol

J’ai utilisé des échelles comme longerons. J’ai aussi utilisé un hauban et j’ai divisé les ailes par le milieu. Cette division m’a amené certains problèmes supplémentaires, par exemple, l’ajustement des deux ailes doit être parfait. L’attache des commandes doit aussi être parfaite. C’est un des aspects de Gretchen que je ne referais pas. Le contrôle pré-vol suppose qu’on mesure l’angle d’incidence de chaque aile en plus des vérifications habituelles.

Trouver des échelles de 12 mètres peut être un souci. C’était le cas ici en Floride. J’ai utilisé deux longueurs de 3 mètres. La longueur la plus petite avait besoin d’un hauban. Je n’ai pas trouvé un moyen pratique de les attacher ensemble. Aussi, je les ai utilisées dans les deux ailes.

L’aile arrière est composée de panneaux de 90 cm aux extrémités du morceau de 3 mètres, avec des bouts d’ailes ajoutés.

J’ai assemblé le tout sur le fuselage et je l’ai suspendu au plafond par les barreaux de l’échelle, j’ai chargé environ 450 kg sur le siège et j’ai cherché s’il y avait des endroits qui auraient fait défaut. Les échelles étaient quelque peu courbées, mais il n’y avait ni torsion ni défauts aux points d’attache. Les ailes pèsent environ 2.700 grammes au mètre.

J’ai utilisé le profil d’aile 43015 parce qu’il était beau et épais à l’arrière. Et parce qu’il devrait bien voler à mon avis. Un profil épais à l’arrière est, selon moi, important pour qu’il y ait un certain volume de styrofoam dans la partie arrière du profil. Ça contribue à la rigidité de l’ensemble. J’ai aussi recouvert un des côtés de la nervure de tissu de verre imprégné de résine. Mais j’ai testé aussi les nervures non recouvertes de tissu de verre et elles seraient satisfaisantes, ce qui ferait gagner du poids.

J’utiliserai à nouveau ces ailes sur l’appareil muni de flotteurs et alors je ferai peut-être une aile avant d’une seule pièce, un peu comme une aile de Sky-Pup, de la mousse, des chapeaux de nervure en bois. J’augmenterai aussi un peu la surface, portant la corde de l’aile avant à 137 ou 140 cm. Le tissu d’entoilage se fait en 152 cm de large, donc la nouvelle corde sera à peu près le maximum possible (actuellement, la corde est de 132 cm) L’intervalle entre les ailes est de 102 cm pour une corde totale de 366 cm et une position du centre de gravité à environ 132 cm du bord d’attaque.

J’ai fait un modèle à l’échelle pour optimiser au mieux la grandeur des ailes, leur écartement et la zone où positionner le centre de gravité. La grandeur du gouvernail ne donnait pas de bons résultats à l’échelle, mais toutes les autres surfaces étaient correctes. J’ai ajouté des plaques en bout d’aile et des générateurs de turbulence pour améliorer le fonctionnement. J’ai placé une plaque verticale (une séparation) au centre des bouts d’aile. J’ai fait plein d’essais et je n’ai constaté aucune circulation d’air anormale. J’ai ajouté des générateurs de vortex et ils fonctionnent très bien. Cela diminue un peu la vitesse d’atterrissage et permet de garder le contrôle de l’appareil à très basse vitesse.

Tout intervalle entre les ailes égal à 0,6 ou 0,8 fois la corde donnera assez de contrôle longitudinal pour ne pas se tuer. Un intervalle moindre ne donnera pas assez de contrôle longitudinal, un intervalle plus grand nécessitera une structure de fuselage plus importante et un centre de gravité reculé, ce qui amène d’autres problèmes. J’ai fait des recherches et des calculs poussés pour obtenir ce facteur. Le 293 de Jack a un écartement d’environ 25 cm et cela l’a beaucoup amélioré.

L’angle d’incidence de l’aile arrière ne sert qu’à déterminer la vision du pilote et l’angle d’incidence de l’axe moteur. Je l’ai fixé à environ 2 degrés et j’ai essayé un peu plus et un peu moins, 2 degrés m’ont donné le meilleur résultat pour les angles de mon train d’atterrissage.

Le train tricycle offre tellement de facilité d’utilisation et d’atterrissage que je n’utiliserai pas de train conventionnel sur cet appareil à moins d’y être obligé (par exemple pour la fixation des flotteurs).



CARACTERISTIQUES

Je n’ai pas les caractéristiques et dimensions exactes de l'appareil avec moi. Je les ai postées à Charlie et il les a peut-être encore. Approximativement les voici :

Envergure aile avant : 6 mètres 80
Envergure aile arrière : 5 mètres
Corde totale : 3 mètres 65
Profil 43015.
Corde de chaque aile : 132 cm
Écartement vertical des ailes : environ 63 cm mesurés au sol. Cette distance change en vol selon l’angle d’attaque de l’aile arrière.
Poids à vide : 116 kg.
Poids total avec 19 litres d’essence : environ 206 kg
Longueur de décollage par 32 degrés de température : environ 100 mètres
Longueur de décollage par 20 degrés de température : environ 40 mètres (avec un Cuyuna 35 ch. et une hélice propulsive 162 x 69). Il grimpe plus vite qu’un Cessna 150, à un taux de montée d’environ 4 m/sec par temps frais. J'ai toujours été assez haut pour entrer dans le circuit d'aéroport en 30 secondes maximum.
La vitesse de croisière est d’environ 72 à 88 kmh.
Le régime du moteur est d’env. 4.400 t/min en vitesse de croisière.
Le régime maxi est d’environ 6.200 tours. À 6.000 tours la vitesse est peut-être de 104 à 112 kmh, mais l’appareil est plus agréable à piloter à 80 kmh.
La puissance développée en croisière (4.400 t/mn) est d’environ 22 ch. la plupart du temps.

Je dois avoir quelques photos de la construction de l’aile.



SI JE DEVAIS RECOMMENCER...

Si je devais recommencer, je construirais un fuselage comme celui du Sky-Pup et j’y mettrais des ailes en tandem.
Le moteur serait à l’avant : plus facile et plus léger. 40 ch seraient plus que suffisants.
L’aile avant aurait 7 m d’envergure et une corde de 140 cm.
L’aile arrière aurait 4m 90 ou 5 m d’envergure.
Le profil serait un 43 013.
Quand on calcule la surface, il faut compter environ 65% de la surface de l’aile arrière. Si la surface de l’aile avant est d’environ 9 à 10 mètres carrés, l’appareil volera bien avec une faible puissance.

Mike OGREN



LE "GRETCHEN" EN IMAGES :

Le fuselage du Gretchen

 

les ailes en échelles du Gretchen

 

le Gretchen de Mike Ogren

 

le Gretchen de Mike Ogren

 

le Gretchen de Mike Ogren

 

 

le Gretchen de Mike Ogren

 

le Gretchen de Mike Ogren

 

Le Gretchen en vol


Origine de l’article: un intéressant courriel de Mike OGREN
Transmis par: Charlie CRAWLEY
Mise en page Word: Jean-Jacques LEGRAND
Photos: Mike OGREN
Traduction: Paul PONTOIS
Compo et mise en ligne: Thibaut Cammermans


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)