Entoilage à l'eau "Steward-System"


On parle de plus en plus d'un procédé d'entoilage faisant appel à des produits à base d'eau et non plus de solvants volatils. Les courriels ci-dessous proviennet de la liste FoxPapa:

Paul Pontois, entoileur à l'eau convaincu

Paul Pontois, constructeur désormais convaincu par ce système: "Aujourd’hui à Beloeil, on a fait de l’entoilage à l’eau, pas d’odeur, pas de masque, pas d’allergie. Le rêve"


(...)  nouveau procédé d’entoilage «Steward-System»:
J’ai organisé l’année dernière, une démonstration d’entoilage avec ce nouveau procédé, Frank Vogels c’est déplacé en personne pour faire lui-même la démonstration de ce procédé , ici à Jonzac (Charente Maritime) et pour les membres de notre Association de constructeurs amateurs (ACAA) ou Aéro Constructeurs Amateurs Atlantique.

J’avoue avoir été «bluffé» de la qualité de finition des produits (peinture finale) de la facilité de mise en œuvre, mais surtout, de l’absence totale d’odeur… cela est réellement étonnant!!

Le procédé est nouveau en France, mais bien connu aux USA ou il est en passe de remplacer le procédé habituel qui comporte des solvants cellulosique qui dégagent une forte odeur très caractéristique.

Les produits cellulosiques étant appelé à disparaitre (normes Européenne) il est probable que cette nouvelle gamme de produit va se généraliser.

Le système utilise à la place des solvants habituels (Acétone) tout simplement de l’eau (distillée) c’est tout simple!! Les solvants ayants pour rôle de s’évaporer pour laisser le produit «sec» sur la toile, avec l’acétone, l’opération est très rapide, avec l’eau elle est simplement plus longue …. C’est tout! Ceci est d’ailleurs un avantage: on a tout le temps, pas la peine de s’activer, et si le téléphone sonne, on a le temps de répondre tranquillement… l’évaporation du «solvant» (l’eau) est bien plus lente que pour l’acétone, revers de la médaille: il est impératif de travailler dans un local ayant une température correcte (20°approx) pas question de réaliser l’opération au hangars et par temps froid: l’eau ne s’évaporera pas, ou bien trop lentement.

Autre précaution: le gras et l’eau ne font pas bon ménage …. Il en résulte une impossibilité de faire adhérer les produits sur le dacron si celui-ci comporte la moindre trace de graisse, il est indispensable de soigneusement dégraisser avec un produit (qui est fourni), ensuite interdiction de toucher avec les doigts….
La démonstration ayant été réalisée sur une structure en tube (un gouvernail) je n’ai pas d’exemple pour une construction en bois, dommage.

* * *


(...) Que dire sur ces produits à l'eau:

- que c'est une gamme complète de fillers, colles et peintures;
- qu'ils sont compatibles avec tous les tissus dacrons (Diatex,
Polyfiber, Ceconite...).
Steward vend ses propres tissus certifiés ou non, mais sans leur attribuer de quelconques caractéristiques particulières.


Collage
- la colle est agréable à utiliser, très facile à étaler (consistance d'une peinture à l'eau) ne sent pas ou peu (en tout cas, n'est pas
agressive pour les poumons), les outils et les mains se lavent à l'eau;
- le temps de travail est confortable, on est jamais à la bourre avec besoin d'une troisième main...
- la technique oblige à éliminer les surplus (au"sopalin") en permanence et donc a travailler propre et sans surcharges;
- renforts, angles, lardages... etc sont les mêmes qu'avec les techniques classiques;
- la toile se positionne sur un liseré de colle"presque sèche", se repositionne aisément, et se fixe au fer à repasser;
- les collages sont ensuite complétés par l'extérieur, (et on essuie l'excès)
- on ne passe pas d'enduit de tension (comme André le précisait dans son post sur la gamme céconite). La tension se fait par chaleur avec des fers bien calibrés en plusieurs passes.
- le fer plaque la toile et fond la colle; faut être manchot pour laisser des plis.


Enduit
- L'enduit de bouchage fait anti-uv. Les premières couches se passent avec un pinceau en mousse (sorte de raclette) pour éviter de traverser
la toile et d'en mettre trop. Après égrainaige à sec les dernières couches (voiles fins) sont passés au pistolet.
- l'état de surface semble bon (et pour moi le stage s'est arrêté là... une éclaircie après un grain et avant la nuit et décollage fissa).


Peinture
Vu que des échantillons, entendu les généralités, mais n'ai pas participé à la seconde journée.
- peinture à l'eau passée au pistolet (dont les caractéristiques de buse, pression, débit semblent très clairement précisées par le
fournisseur, mais sont accessible à tout matériel correct). Frank semble détester les pistolets basse pression.
- outils lavables à l'eau - voire avion au jet (avant séchage!) si une merde (graisse sur la toile, couleur détestable...) apparaît.
- peinture réalisée par plusieurs voiles successifs sans séchage complet entre.
- les décos avec d'autres peintures (polyurètane par ex) sont déconseillées.

* * *

En bref,

avantages:

- facile, agréable, n'impose pas une ventilation musclée (faut mieux quand même avoir de l'air, surtout pour la peinture), pas de migraines. On peut entoiler à la maison sans complexe. Ininflammable, produits expédiables par avion, par poste. (au passage, on peut se demander combien de temps encore les produits à solvant"pétrochimiques"seront autorisés pour l'usage privé)
- un débutant ne peut que réussir son entoilage;
- léger (en partie grâce à l'absence d'enduit de tension, mais on pourrait aussi s'en passer sur les techniques classiques), les excès s'éliminent très facilement à l'essuie-tout, on ne tartine pas les surfaces avant encollage... La colle est colorée (verte) ce qui permet de bien voir où on en met.


inconvénients
- le même prix que les autres, hélas!
- la peinture est imposée (mais le nuancer est large) donc pas de combines génératrices d'économies (le lot de peinture pour tracteurs tombé du camion devant le cousin n'a pas d'usage...).

Je ne peux évidemment juger du vieillissement dans le temps, mais beaucoup d'avions ont accumulé les heures avec ce système. Bref, si je devais m'y remettre, j'envisagerai sérieusement cette solution.

Voilà, j'ai des photos... mais ça ressemble à de l'entoilage et ça ne traduit pas l'aspect tactile et olfactif.

Jean-Pierre
* * *

(...)
Pour conclure: les points forts du système:

Collage du dacron ultra résistant, j’ai eu un mal de chien à essayer d’arracher la toile précédente en place, j’ai d’ailleurs renoncé… trop résistant! (sur des tubes acier) pour pouvoir arracher, il faut utiliser un produit de la gamme.

Pas la moindre trace d’odeur, il est parfaitement possible d’entoiler au salon, en famille, tout en regardant la télé…. étonnant!!!

Evaporation des solvants lente (l’eau) ce qui autorise une opération en toute quiétude et sans hâte …

Facilité d’étalement des produits: à l’aide d’une éponge spéciale montée sur un manche, cela s’étale …. comme de l’eau: ultra-facile, et pas de risques de surépaisseurs ni de coulures. (enduis de couleur gris/vert kaki)

Aspect final (avec l’enduis et la peinture) extrêmement brillant, et ultra souple, il a été impossible de «marquer» la toile (celle que l’on avait tenté d’arracher) par un pliage même serré.. la toile à l’aspect et la consistance du caoutchouc.

Les prix sont sensiblement identiques aux autres produits cellulosiques, un peu plus élevé sans doute, mais quel confort d’utilisation!

Utilisation de dacron d’une autre provenance sans problème.

Nombre de produits réduit (par rapport aux autres formules)

Cette gamme de produits est très répandue aux US, et gagne du terrain, grâce à sa facilité de mise en œuvre et son absence de solvant nuisibles à la santé.
Une notice (en Français) est en cours d’élaboration, et un DVD qui expliquera la mise en œuvre sera bientôt disponible.

Précautions:

sensibles aux traces de graisse.
Température correcte indispensable.


La gamme de produits étant encore récente en France, j’ignore s’il y a un ou des retours d’expérience, il sera intéressant de connaitre l’avis des premiers utilisateurs, notamment sur une construction en bois… (...)  un stage sur place au Plessis-Belleville chez Aéro-Picardie achèvera vos connaissances en la matière.

* * *

(...) Je suis en train d'entoiler mon CLP avec ce procédé.
Quelques photos ici: http://albumclp.jimdo.com

Je confirme ce qui a été dit ici et sur le forum Piel.

J'ai utilisé de la toile Diatex, un peu moins chère que la céconite (...)

Sur la première aile, j'ai eu un petit souci en collant la toile sur le coffrage du bord d'attaque: si on respecte la notice, cad application de la toile sur le bois encollé, puis réencollage par dessus la toile, au bout de quelque temps, des plis sont apparus, la colle distandant le tissu. J'ai pu résorber ces plis le lendemain après séchage avec le fer chaud, mais des traces restent quand même visibles. a noter que cela ne se produit que sur les grandes surfaces. Aucun problème sur le reste de l'aile.

Pour la 2ème aile, j'ai décidé, contrairement à ce que dit la notice, et contre l'avis de Franck (il me soutenait que c'est parce que j'utilisais la diatex au lieu de ceconite), de procéder autrement: après encollage de l'aile et application du tissu, sur le coffrage de BA, j'ai utilisé le fer à entoiler à 120° pour bien ancrer la toile dans la colle (elle est "thermo-active" selon la notice) tout en lui donnant une certaine tension. J'ai ensuite appliqué la 2ème couche de colle à travers le tissu, et là, aucun pli n'est apparu.
Lors de ce 2eme encollage, il faut bien essuyer , rapidement, le surplus de colle avec du solapin (ou autre marque), en procédant par petites surfaces. prévoir à l'avance un bon stock de papier.

Ensuite, les étapes enduit et peinture ne posent aucun problème.
Je trouve toutefois que la peinture blanche à un pouvoir opacifiant assez faible.

Afin de me rassurer sur la résistance de cette nouvelle colle encore inconnue en France, j'ai fait des essais que j'ai décris sur mon site: on peut dormir tranquille!!!
(...)

Jean-Pierre
* * *


Bonjour
On en parle ici aussi: http://www.avions-piel.com/bois-et-toile/topic1553.html
Ca semble devenir une bonne alternative aux produits habituels.

Laurent

* * *

entoilage à l'eau

Pas besoin de porter un masque.

* * *

(...) La toile doit être une TOILE, pas un tissage fantaisie. Cela me fera plaisir d'envoyer un échantillon (hélas, made in North America, mais on trouve la même chose en France) à ceux qui ont vraiment l'intention d'utiliser ce procédé et qui ne veulent pas se tromper (je l'ai déjà fait à plusieurs reprises) (...)

Paul

PS: Pour le type de vernis, je te mets ci-dessous un paragraphe d'un texte que j'ai envoyé en privé à un correspondant:

La seule expérience que j'ai au sujet de l'enduit sur la toile polyester est celle de l'enduit uréthane (ce qui est conseillé par Steve Wood, le concepteur du SKY-PUP).

J'ai choisi la marque Varathane, très estimée au Canada. J'ai pris la variété "extérieur" avec additif anti ultra-violets. Je l'ai posée (3 couches) au pinceau. La première couche doit être légère (pour ne pas faire des gouttes qui passent de l'autre côté de la toile). Depuis maintenant 17 ans que la toile est enduite, elle est toujours aussi belle et brillante.

Le problème, comme je l'indiquais dans mon laïus, c'est que l'enduit ne tend pas. La toile doit être tendue préalablement au fer à repasser, au sêche-cheveux, ou au pistolet à décaper les peintures. Je préfère le fer à repasser. Pour les coins, un petit fer à repasser de modéliste est pratique.

Comme la toile polyester du commerce est déjà ou bien teinte ou bien blanchie, elle a perdu une partie de ses possibilités de retrait. Il est donc important de bien tendre la toile avant la pose.

Une des meilleures façons de faire (mais c'est à chacun de faire des essais et de déterminer la méthode avec laquelle il est le plus à l'aise), c'est de commencer par enduire le bois verni (uréthane ou époxy) avec de la colle contact à l'eau, ou de la colle blanche de menuisier légèrement diluée. On laisse sécher, puis on positionne la toile à plat en la tendant par des poids attachés par des pinces tous les 15 cm environ. Il en faut beaucoup.

On la laisse bien uniformiser sa tension pendant quelques heures, ensuite on passe une nouvelle couche de colle sur les parties bois`au travers de la toile. On laisse ensuite bien sécher avant de tendre au fer.

On peut aussi coller la toile d'un côté, laisser sécher (quite à se servir d'un fer pour sécher plus vite), et tendre avec des pinces avant de finir le collage de l'autre côté. (C'est plus difficile, mais ça se fait bien quand même).

Deux constructeurs que je connais ont utilisé de la peinture-vernis uréthane au lieu de vernis incolore, avec le même succès.

Paul

 



Origine de l'article: courriels publiés sur la liste FoxPapa et PouGuide
Photos: Paul PONTOIS et Paul MARTIN
Mise en ligne : Thibaut CAMMERMANS
Pour toute question, correctif, mise au point, ajout: contacter l'auteur.


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)