Construire léger


Par Yves Segonds


Pour profiter pleinement de son Pou-du-ciel et voler en sécurité, il importe que l'appareil soit léger. L'opinion d'Yves SEGONDS sur ce point était sans concession: il faut absolument tout faire pour éviter les "prises de poids"néfastes aux qualités de vol. Yves nous a quittés un triste jour de décembre 2003, dans un accident. Voir l’hommage qui lui est rendu sur notre site.




Yves SEGONDS en vol dans son HM293

Photo Daniel Grenouillet (Dunes 2001)


Je suis peut-être alarmiste, mais mes consultations me poussent à constater une confusion au sujet du sigle U.L.M. Il est effectivement possible d’en déduire deux significations:

U.L.M = Ultra Léger Motorisé, mais aussi:
U.L.M = Ultra Lourd Motorisé.


Force m’est de constater que les nouvelles normes de la réglementation U.L.M. ouvrent les portes à tous les excès.
Nos Ultra-Légers deviennent de plus en plus lourds, avec des moteurs de plus en plus puissants et de plus en plus pesants. Cependant, l'une des règles est oubliée: la vitesse minimale ou d’atterrissage, qui est très importante.

Je pense que bien d’entre-nous n’ont pas compris la philosophie du vol et pensent que, puisque LOURDS volent, alors encore plus LOURDS peuvent voler aussi.

Vous avez raison en un certain sens: vous gagnez en inertie mais perdez en maniabilité et qualité de vol. Je ne parlerai pas du FACTEUR DE QUALITÉ qui se dégrade en fonction du carré de la masse (poids).

Rappel QF= W²/(S*HP) où W exprime la masse de l’appareil, S sa surface et HP la puissance du moteur en chevaux (voir manuel de Philippe Labbé: "Notes techniques"de Jacquemin).

Mais vous serez seul à vous battre lorsque ça n’ira pas comme vous voudriez que ça aille.

Votre appareil lourd devient peu maniable, il enfonce dès que vous réduisez les gaz. Les vitesses de décollage et d’atterrissage deviennent excessives, vous devenez AVION avec seulement leurs défauts. Une avarie de moteur au décollage et c’en est fait de votre appareil: train fauché, hélice cassée, culbute, ailes rompues, dérive écrasée et si tout a été au mieux pour vous, avec de la chance, quelques égratignures seulement ; je n’ose penser à l’essence qui s’échappera du réservoir, coulant partout et surtout sur les parties les plus chaudes du moteur. Je ne suis pas pessimiste…

Mais je voudrais inciter les futurs constructeurs à construire léger, à mettre un point d’honneur à faire LÉGER mais SOLIDE (c’est possible).

Pardonnez-moi de vouloir jouer les redresseurs de torts mais l’expérience personnelle me pousse à essayer de vous convaincre.

J’avais construit un BIPLACE: un ÉCHEC, il était TROP LOURD. Je m’étais trompé dans mes choix.

J’ai recommencé en pensant LÉGER à chaque étape… repris mes conceptions, allégé ce qui pouvait l’être, pour ne pas faire un hybride, un mouton à 5 pattes. Après quoi j'ai pu diminuer un peu la surface, réduire un peu la corde,  rogner un peu les bouts d’ailes … C’est gagné et ça vole tellement mieux!

Mais attention: ce gain de poids par la réduction de l'aile ne s'applique qu'à mon biplace, qui était construit trop lourd à l'origine. N'allez pas faire la même chose sur votre HM 293!

Le poids est notre ennemi, tant en qualité de vol que maniabilité et surtout sécurité. Vous n’avez peut-être pas toujours une piste digne de Concorde, et même avec celle-ci… J’ai peut-être tort mais tout me pousse à penser le contraire.
Je lis dans certains articles et c’est une remarque que l’on me fait parfois:
«Le manche au neutre, mon HM monte ou mon HM descend… » (AFM n° 23).

Il n’y a pas de position prédéterminée sur un avion, le neutre est là où la longueur de vos biellettes vous permet de voler à plat à la vitesse de croisière que vous aurez choisie.

Si vous montez ou descendez, c’est que vous tirez ou poussez sur le manche pour le mettre là où vous voudriez qu’il soit (si la position du manche ne vous convient pas, modifiez la longueur des biellettes d’incidence). Ou alors votre centrage n’est pas correct. Peut-être aussi votre construction n’est-elle pas parfaite!

"On" me dit: «J’ai relevé le bord de fuite de l’aile avant»… Surtout, ne le faites pas, respectez les données figurant sur les plans. Les défauts de construction suffiront amplement à différencier le comportement de chaque appareil.

Ne modifiez pas au hasard, laissez tranquille ce qui a été bien conçu, ou alors, si vous modifiez, ne vous plaignez pas. Il faudra mettre des flaps pour corriger. Ne doublez pas votre longeron sous prétexte que votre moteur pèse quelques kilos de plus.

J’ai essayé des becs de sécurité sur l’aile avant: ÉCHEC TOTAL! Ils étaient sans doute mal réalisés ou mal positionnés. Et étaient-ils nécessaires?

Atterrissage trop lent à mon goût. Un coup de vent et hop, aux pâquerettes! Contrôle trop délicat, pas de défense, tendance dangereuse à cabrer, énormément d’efforts à pousser le manche, pilotage impossible après 5 minutes de vol (fatigue physique). (Merci. Salut. Plus de fentes). Et puis, à quoi ça sert hormis la prise de poids supplémentaire?

De grâce, pensez LÉGER. Henri Mignet le dit dans le Sport de l’Air, laissez aux inconscients les kilos superflus. Pensez que pour voler, certains n’utilisent pas de moteur auxiliaire et pourtant, ils volent de longues heures, très loin et très haut mais ils sont LEGERS!

Chassez cet a-priori: j’ai un moteur (puissant mais lourd) qui fait que lorsqu’il ne tournera plus, vous ne pourrez pas le larguer pour alléger votre monture afin d’atterrir dans le petit espace à votre disposition, là, tout près.
Consultez ceux qui n’ont pas eu la chance de conserver la pleine puissance de leur "SUPER MOTEUR ". Je ne donnerai pas de nom.

Hélas, trop souvent, un arrêt moteur (juste après 5 minutes de marche!!) = HM cassé et ce n’est pas normal. On doit pouvoir se poser sans trop de dégâts dans presque tous les cas.

Mais plus votre création sera légère, plus vous aurez de temps pour choisir votre lieu d’atterrissage et c’est votre sauvegarde. Je me répète encore: LÉGER…LÉGER…LÉGER…= SÉCURITÉ.





POUR CONSTRUIRE LÉGER:


Suivez les plans

Le HM 293 de Rodolphe GrÛnberg pèse 117 kg sans capot moteur. N'est-ce pas magnifique?

N'ajoutez aucun renfort inutile, que ce soit sur le bois ou sur le métal
Les HM sont très largement dimensionnés. Les renforts n'apportent que du poids, rien d'autre.

N'ajoutez pas de trappes, de cloisons supplémentaires, de protections mal étudiées
Ces ajouts sont-il vraiment indispensables?

Allégez, mais avec prudence


Certaines pièces sont prévues nettement trop lourdes. Sur le HM 293, pourquoi ne pas adopter les charnières supérieures d'ailes du HM 360? Cela supprimera la tôle de 4 mm, lourde et difficile à plier.
La tôle du palier horizontal du manche peut passer en 1 mm au lieu de 2, sans problème.
De même la languette du verrou de l'aile arrière peut passer en 2 mm au lieu de 4.
Ce ne sont là que quelques exemples: pour plus de précisions, n'hésitez pas à me contacter.

Le train tricycle est-il indispensable?

Il constitue une prise de poids importante: renforts divers, train avant. De plus, en cas d'atterrissage d'urgence, le risque est grand de capoter et de tout casser.

Remarque: le train classique de la liasse HM293 peut être amélioré considérablement par quelques modifications simples. L'élargir de 10 cm au total, donner un pincement nul (roues parallèles) et un carrossage faible (0,5° à 1° maximum). La suspension doit absolument être assez ferme: pilote à bord et réservoir plein, elle ne doit pas s'enfoncer.

Si votre Pou-du-Ciel est léger et bien motorisé, les phases de roulage ne durent que quelques secondes et le risque de cheval de bois est faible, si on garde son calme et qu'on a passé du temps à s'exercer progressivement.

Pas de mouvements brusques, vous vous apercevrez que tout se passe bien!





Une petite remarque en passant: il n’est pas beaucoup plus difficile de construire BIEN que de construire MAL.
Certains appareils ne sont pas un exemple à imiter. Soignez vos assemblages surtout si vous n’êtes pas doué, les autres n’auront aucun mal.

Soyez fier de ce que vous avez construit, refaites ce qui est raté, redressez ce qui est tordu, regardez-vous dans votre œuvre et rappelez-vous que vous êtes l’exemple de notre mouvement.

En voyant votre appareil, le commun des mortels devrait avoir envie de faire de même. J’ai parfois entendu au cours de nos rencontres, des spectateurs faire des remarques très désagréables en voyant certains modèles exposés.

Et pour terminer cet article:
POURQUOI PAS UN POU DE 100 Kg?


H M istement …
Yves SEGONDS



Le biplace "Le Héron" par Yves SEGONDS


Biplace "Le Héron "par Yves Segonds


Je souhaite que la lecture vous a été agréable et que chacun a pris conscience de l’importance du poids sur les formules Mignet.

Vous pouvez me joindre à: dingoland#fr.st (#=@)et me retrouver sur mon site perso à l’adresse: www.dingoland.fr.st
La rubrique consacrée à l’ULM est en construction, mais a été enrichie.

Bons vols et à bientôt …

Greg.



Origine de l'article: proposition de Grégory BOUZINAC (dingoland#fr.st) (#=@)
Auteur: Yves SEGONDS (mai 2002)
Participation: Bruno CORBEAU
Mise en ligne: Thibaut CAMMERMANS


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)