Le BLM canard de Raymond Baudouin sera-t-il le Pou-du-Ciel de l’avenir?

Par Raymond Baudouin


Raymond Baudouin compare le HM-293 de Rodolphe Grunberg et son propre Pou-Canard B-L-M. Synthèse de divers textes écrits par Raymond Baudouin, effectuée par Paul Pontois, avec l’aide précieuse d’Alain Berland.

Préambule:
Pour les deux appareils, on fait varier l’incidence de l’aile avant grâce à deux pivots fixé sous le longeron principal de l’aile. L’aile arrière étant fixée au fuselage selon un angle d’incidence prédéterminé.
Selon RB, le rapport entre la surface de l’aile avant et la surface de l’aile arrière détermine la position du centre de gravité.

Des expériences sur des modèles réduits et des essais en vol avec son BLM ont permis à  RB de déterminer l’écartement horizontal et vertical entre les ailes.

Dans cette étude, pour faciliter la compréhension de ses explications,RB considère l’angle formé par les deux droites virtuelles prolongeant les cordes des ailes avant et arrière.
-Si ces deux droites sont parallèles l’angle qu’elles forment (mesuré sous les ailes) est considéré comme étant 180°.
-Si le V formé par ces deux droites est positif (un V normal), l’angle est supérieur à 180°. (nous appelleront cet angle: interincidence, int C sur les schémas)
-Si le V formé par ces droites est négatif (un V inversé), l’angle est inférieur à 180°.
En raison du rapport différent entre les surfaces des deux ailes, chaque modèle de pou-du-ciel aura un emplacement du centre de gravité qui lui sera propre.

 


 

Pour comparer avec son propre Pou-Canard BLM, RB a choisi le HM-293 redessiné dans les années 80 par Rodolphe Grunberg:
Surfaces alaires:
Avant: 6,72 m2, Arrière: 5,09 m2 (rapport des surfaces: 1,3). Corde de chaque aile: 1, 20 m. Écartement horizontal entre les deux ailes: 0
L’aile la plus grande est l’aile avant. Le rapport des surfaces détermine la position du CG (centre de gravité) à 25% de la corde totale (distance entre le bord d’attaque de l’aile avant et le bord de fuite de l’aile arrière). L’interincidence est négative à 177°, c-à-d: 180° - 6° (inc. Aile arrière) + 3° (inc. Aile avant).
Étant donné que pour une incidence de -2° de l’aile avant, la portance de celle-ci  est nulle, une butée est nécessaire pour empêcher l’aile de prendre une incidence négative.

1/ En vol horizontal normal, le manche reste vertical. Il ne pousse ni ne tire dans la main du pilote.




2/ Si le pilote augmente la vitesse et pousse le manche vers l’avant jusqu’à ce que l’incidence de l’aile avant soit égale à zéro (le manche est arrêté par la butée), l’interincidence devient négative à 174°, c-à-d: 180° - 6° + 0°, le manche tire la main du piloite vers l’arrière et tend à revenir à sa position d’équilibre (+3° d’incidence pour l’aile avant)


3/ Si le pou-du-ciel conventionnel est centré en arrière (par exemple G situé à 28% de la corde totale), en conservant les mêmes incidences, en vitesse de croisière, mais plus encore à vitesse plus élevée, le manche poussera la main du pilote vers l’avant jusqu’à ce qu’il soit stoppé par la butée. S’il n’y avait pas de butée à l’incidence 0° et si le pilote ne tenait pas le manche, l’aile avant prendrait une portance négative et le pou-du-ciel entrerait dans un piqué irréversible.



 



-En ce qui concerne le Pou-Canard de RB (BLM)

Surfaces alaires:
Avant: 4,3 m2 Arrière: 6,94 m2 (rapport des surfaces: 1,6) corde de chaque aile: 1, 20 m. Écartement horizontal entre les ailes: 35 cm.

L’aile la plus petite est l’aile avant. Le rapport des surfaces détermine la position du centre de gravité à 34% de la corde totale. L’interincidence est positive à 181°, c-à-d: 180° - 2° (incidence aile arrière) + 3° (incidence aile avant).

1/ En vol horizontal normal, le manche reste au neutre sans tirer ni pousser dans la main du pilote.

 


RB attire notre attention sur le fait qu’à cause de l’angle d’interincidence de 181°, la marge de stabilité longitudinale est de 4° supérieure à celle du pou-d-ciel conventionnel  (181° par rapport à 177°), ce qui est important, comme on va le voir plus tard si l’appareil est centré en arrière.

2/ Si le pilote augmente la vitesse et pousse le manche vers l’avant contre la butée, ce qui correspond à l’incidence 0° pour l’aile avant, l’interincidence est alors de 178°, c-à-d: 180°- 2°, le manche tire la main du pilote vers l’arrière et a tendance à revenir à sa position précédente (+3° pour l’incidence de l’aile avant)


3/ Si le BLM est centré en arrière (par exemple, G situé à environ 37% de la corde totale, les incidences restant les mêmes, que ce soit à vitesse normale ou à vitesse plus élevée, quand le pilote le pousse en avant contre la butée, le manche aura tendance à revenir de lui-même au neutre. S’il n’y avait pas de butée, le manche n’aurait pas  tendance à partir vers l’avant.




Remarque: Dans la suite de cette étude, nous  verrons l’importance accordée par RB aux distances, verticale et horizontale, entre les deux ailes et aussi comment il calcule l’emplacement du centre de gravité selon la surface et le poids des ailes.

Ceux qui veulent approfondir le problème peuvent écrire à
M. Raymond Baudouin
Quartier les Charignons,
Peyrus 26120
France




Quelques images du Bifly Canard:


Bifly Canard
cliquez sur l'image pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre


















Une lettre de Raymond BAUDOUIN à Paul PONTOIS, dans laquelle il décrit son concept, est disponible au format pdf en cliquant sur ce lien.



Origine de l'article, auteur:
Courrier de Raymond BAUDOUIN à Paul PONTOIS
Photos: Jean-Jacques LEGRAND
Mise en ligne : Thibaut CAMMERMANS (janvier 2011)
Pour toute question, correctif, mise au point, ajout : contacter l'auteur.


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)