LES AVIONS DE GILBERT LANDRAY (Suite)


GL8 ULM - PAPILLON BIS

Le GL8 est la transformation du GL7 en ULM. Le fuselage a été dépouillé de tous les tubes non nécessaires n'entrant pas dans la structure principale, mais seulement dans l'habillage. Le circuit d'essence a été simplifié; un petit réservoir de 35 litres derrière le tableau de bordremplace l'ancien beaucoup plus grand qui se trouvait sous le siège de la cabine. La batterie a été supprimée; on démarrait le moteur avec ce que l'on pourrait appeler un groupe de démarrage composé d'une batterie, de son chargeur, de câbles, d'une prise de parc mâle s'adaptant à la prise femelle de l'avion; tout cela dans une petite remorque que l'on pouvait traîner sur le terrain. On pouvait quand même lancer le moteur à la main si l'on désirait se rendre sur un autre aérodrome.

Le moteur part d'une base VW toujours avec le moyeu d'hélice côté volant, mais il est équipé de cylindres Mécatechnique de 1800 cm3, de culasses d'origine montées avec double allumage, d'un vilebrequin à course longue, et de beaucoup d'aménagements classiques. Le banc d'essai est de nouveau sollicité. Le gain de puissance n'est pas significatif, environ 65 CV, mais la fiabilité et la longévité devraient s'en ressentir .

Toutes ces modifications amenèrent une diminution de poids d'une vingtaine de kg. A cette époque, bien que l'on en parlât beaucoup, la nouvelle réglementation n'était toujours pas en vigueur et G. Landray voulait que son appareil ait au moins la surface portante réglementaire. Aussi, il construisit deux ailes de 1,30 m de corde avec des nervures en treillis pour gagner du poids, et des longerons calculés par Maurice Guerpont.

L'ULM tout fini pèse 210 kg et évidemment vole très bien. C'est pratiquement le GL7 avec des ailes différentes.

 

GL8


La saga des avions Gilbert Landray se termine avec le Papillon Bis: le 2 mars 1999, ayant ramené son appareil dans son atelier de Crosne pour effectuer des réglages moteur, au cours d'un essai de démarreur un arc électrique se produisit et mit le feu; tout l'atelier brûla , l'extincteur acheté quelque temps auparavant n'ayant pas fonctionné (cela a été confirmé par le Laboratoire National d'Expertise ) et le GL8 partit en fumée . Mon père, alors âgé de 80 ans, a eu beaucoup de chance en réussissant miraculeusement à sortir du brasier.

Malgré les apparences, mon père a été choqué; le moral est tombé au plus bas. Avec ma mère atteinte de cécité et quelques ennuis de santé dus à l'âge, la meilleure solution pour mes parents a été de se rapprocher de chez moi; ils sont actuellement dans une résidence pour personnes âgées à Bordeaux.



HM 360 FPNUO 1972

Voilà un avion qui mérite d'être cité. Ce Pou-du-Ciel, construit par Pierre Willefert dans les années 60, a appartenu pour moitié à Gilbert Landray et Yves Millien.

Très bien construit, il était équipé d'un VW 1300 cm3, mais la mise en vol se faisait attendre. Le colonel demanda à ses amis Gilbert Landray et Yves Millien d'essayer l'avion à Pont-sur-Yonne.

En juillet 1972, le HM360 FWNUO fit son premier vol avec mon père ; je fis le deuxième. Il fallait faire 15 heures de vol pour obtenir le CNRA; l'affaire fut rondement menée. Yves Millien l'emmena en vol au rassemblement RSA d'Egleton aux alentours du 15 août 1972; je ne me souviens plus si c'est à l'aller ou au retour qu'il dut faire un atterrissage en campagne pour cause météo; le petit pou fut endommagé et dut être rapatrié à Pont-sur-Yonne par la route en remorque!

Mais le 360 revola rapidement et fut équipé d'un 1500 WV avionné par G. Landray. Le colonel Willefert vendit son avion à G. Landray et Yves Millien, et par la suite Millien en devint le seul propriétaire et le basa à Etampes.
Je garde un excellent souvenir de cet appareil qui était d'une maniabilité extraordinaire; mon plus grand plaisir était de faire du slalom entre les meules de paille dans les champs avoisinant le terrain de Pont-sur-Yonne. Par rapport aux autres poux que j'ai pilotés, il était peut-être un peu trop sensible et n'avait pas une grande finesse (en comparaison de l'Ami Pou ou du Visa Pou).


HM360 - Landray



Prototype LANDRAY-MASSÉ LM01 "GALOPIN bis"

Formule Pou, pilotage 2 axes. Constructeurs : Etienne LANDRAY et Claude MASSÉ.

 

 




Cet appareil U L M biplace a commencé à voler en Juin 2005 et totalise actuellement 50 heures de vol; quelques réglages ont été nécessaires mais notre U L M nous donne entière satisfaction et vole très bien.

Le L M O 1 est fortement inspiré des G L 7 et G L 8 de Gilbert LANDRAY; la voilure est identique, par contre le fuselage en tube est totalement différent, ainsi que le train d'atterrissage et le système de commande.

Afin de tenir les poids nous nous sommes assurés que chaque tube avec ses prolongements serait le plus léger possible, ce qui nous a amené à faire souvent des tubes en fuseau style queue de billard..

On accède à la cabine par 2 portes latérales s'ouvrant vers l'avant construites en tube carré et recouvertes entièrement de macrolon 2mm ce qui nous donne une visibilité totale vers le sol.



Le toit de la cabine (1,10 M de large) a été moulé et fabriqué en époxy avec une grande fenêtre afin de voir par en haut. Le pare-brise est en plexiglass 3 mm.

Le train d'atterrissage tricycle est composé pour le train principal de 2 lames de dural boulonnées dans le treillis de tubes soudés qui accuse aussi les torsions du fuselage. Freins à câble.

Le train avant est composé d'un système de tubes télescopiques avec suspension à contresens grâce à 2 ressorts et sandows. La roue avant est commandée par 2 palonniers agissant sur le compas (à noter que ce système déroute moins les pilotes; nous l'avions appliqué sur le G L 0 3 «pouss-pou» le G L 7 et le G L 8 , ce qui nous a permis de faire des lâchers très rapides, contrairement au G L 1, train classique et direction tout au volant , qui nécessitait une prise en mains plus longue).

Le réservoir en A G 3 est fait maison et s'encastre dans la partie tubulaire supérieure de l'avant du fuselage.
La motorisation est assurée par un moteur Jabiru 80 CV.
La commande 2 axes ,pure formule Mignet, est assurée par un manche central contrairement au G L 7 plus « élaboré» qui possédait 2 volants.
L'aile arrière possède 2 volets incrustés dans le profil commandé uniquement à cabrer par 2 manettes séparées.
Un trim électrique est installé sur le bord de fuite de l'aile AV.
Il est à noter qu'avec le train tricycle et la faible vitesse d'atterrissage, 70 k m /h, et touchée aux alentours de 50 km/h, que les vents traversiers que nous avons rencontrés jusqu'à présent, même assez conséquents, n'ont pas nécessité l'utilisation de ces volets.

 

Le LM01 avec ses volets d'aile arrière.

Le LM01 avec ses volets d'aile arrière.


CARACTERISTIQUES du L M O 1 GALOPIN BIS :
Aile avant bois et toile en 2 parties 7,20 m 1,30m
Aile arrière bois et toile 6,60m 1,20m
Fuselage tube soudé A 37 et 24 C D 4 S pour certaines parties (bâti moteur et train avant)
Poids à vide 260 kg
Hélice construite par Valex diamètre 1,5m 1m de pas.

PERFORMANCES:
A 450 kg + ou - 10
Décollage 100m vitesse atterrissage 70km/h
Décrochage environ 45 à 50 km/h légère abattée
Taux de montée 2,5 m/s à 100km/h
Vitesse maximale 180 km/h
Croisière confortable de 150 à 170 km/h suivant turbulences
Autonomie à 160 km/h 3 heures + ½ sécurité
Facteurs de charge + 4 g -2g calculés par Claude Massé et Maurice Guerpont.

NB : Cet U L M s'appelle Galopin Bis en souvenir du G L 07 de mon père Gilbert Landray, baptisé «galopin» par Maurice Guerpont son grand ami.

Maurice Guerpont a construit à 89 ans une soufflerie qui fait toute la longueur du grenier de sa grande maison afin d'étudier les comportements des poux du ciel. Maurice, ingénieur aérodynamicien veut percer le mystère! Il veut concrétiser la méthode théorique qu'il a étudiée et diffusée auprès de certains amateurs de la formule Mignet.

Affaire à suivre!

La soufflerie de Maurice Guerpont.

La soufflerie de Maurice Guerpont.



Voici quelques photos souvenir ...

 Yves MILLIEN et G. LANDRAY en 1972


Yves MILLIEN et G. LANDRAY en 1972

Louis COSANDEY

Louis COSANDEY


Gilbert LANDRAY

Gilbert LANDRAY


Et des Poux à Pont-sur-Yonne ...

Et des Poux à Pont-sur-Yonne ...


Origine du chapitre : proposition d'Etienne-Claude LANDRAY
Auteur (texte, photos) : Etienne-Claude LANDRAY EJLandray@aol.com
Mise en page : Thibaut CAMMERMANS


<<< Retourner au début de l'article.


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)