Marennes: Un stage de pilotage sur avion Mignet (1962)


Par Jean GRAMPAIX (Aviation Magasine - 1962)


Aviation Magasine 1962


C’est un stage bien particulier qui s’est déroulé à Saint-Just, près de Marennes, sur le terrain du Bournet. Les choses se sont passées en août et, si nous sommes informés avec quelque retard – nous avons affaire avec des amateurs qui disposent d’un temps limité – elles conservent tout leur intérêt. Eclairons notre lanterne.

Donc, en août, le Réseau du Sport de l’Air, l’Aéro-club du Bassin de Marennes, la Maison des Jeunes et de la Culture de Boulogne-Billancourt, avec le concours du SFATAT, avaient organisé un stage de pilotage sur appareil de formule Mignet – premier stage du genre – et destiné aux constructeurs amateurs. C’est Yves Millien qui était l’animateur de ce stage comme il est animateur de tout ce qui touche à la formule.

Il s’agit bien là de la formule Mignet, mais sans ses exclusions d’antan. L’école était faite par un moniteur agréé, M. Lonchambon qui préalablement ne connaissait pas  la formule, dans son aspect “pilotage“ s’entend. Et la délivrance des brevets se fit selon les règles classiques: Appareil utilisé un biplace H.M.-380 à moteur Continental 65 ch construit par M. Albert Baron et qui appartient à l’Aéroclub du Bassin de Marennes.

Six amateurs ont participé à ce stage:

Serge Barabach
, de Colombes: 11 h 22 de double, 0 h 07 de sol ;
Jean Lepeltier, de Conflans-Sainte-Honorine: 14 h 31 de double commande, 5 h 32 de solo, breveté du 1er degré:
Yves Millien, de Boulogne-Billancourt: 10 h 33 de double commande, 10 h 12 de solo, breveté du 1er degré;
Guy Roy, de Chatellerault: 8 heures de double, 0 h 19 de solo;
Gilbert Thomas, de Paris: 3 h 39 de double commande;
Bernard Citon, de Baixas (Pyrénées-Orientales) 1 h 47 de double.

Au total: 66 heures 35 de vol école et 486 atterrissages.




Conclusions du stage


Des conclusions ont été tirées de ce stage, en voici la substance:

- Il est nécessaire de dissiper le mythe de la facilité de l’apprentissage du pilotage. L’apprentissage est long, comme sur un avion classique. Il n’en demeure pas moins qu’en l’air, les évolutions sont très faciles et d’une sécurité certaine justifiant pleinement la formule.
- Il a été constaté que les moniteurs formés sur avions classiques peuvent facilement enseigner le pilotage sur appareils de la formule Mignet. Roland Lonchambon, après 30 minutes de double avec Albert Baron et 15 minutes de solo, a commencé l’école.




Une date


C’est un peu une date que marque ce stage: l’affirmation de la volonté des amateurs Mignet de s’intégrer à la collectivité aéronautique. Et voilà qui pourrait être un autre conclusion du stage: l’aviation formule Mignet apporte en quelque sorte une note particulière à l’aviation légère classique, celle de gens davantage attirés par le charme de la promenade aérienne que par l’art du pilotage.

Il est à souligner enfin que, parallèlement au stage dont il vient d’être parlé, il avait été offert aux membres de l’Aéroclub du Bassin de Marennes la possibilité d’effectuer un stage sur avion classique, en l’occurrence un Roger Adam, R.A.-14.

Cinq élèves ont suivi ces stages:

Mme Jeanne Ciron, de Baixas, 1 h 52 de double:
Adèle Durandet, de Boucefranc, 8 h 20 de double:
Louis Gérard, de Bourcefranc, 8 h 20 de double:
Jean-Claude Mournon, de Marennes, 4 h 51 de double:
Jean Tétaud, de Bourcefranc, 6 h 42 de double.

Au total: 28 h 15 de vol et 138 atterrissages.
Jean Grampaix



Origine de l'article: proposition de Jean-Pïerre LALEVEE (2006)
Saisie des textes: Rodolphe CLAUTEAUX
Mise en ligne: Thibaut CAMMERMANS


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)