Notre Aviation - Bulletin numéro neuf (1962)


Decembre 1962


Notre Aviation - bandeau de couverture


NOTRE AVIATION - FIN -


Avec ce neuvième numéro Notre Aviation aura vécu (1), pourquoi? Parce que nous pensons que le mouvement amateur MIGNET a aujourd'hui pris assez de vigueur et donné suffisamment de preuves de son sérieux pour ne plus avoir à s'organiser parallèlement au Réseau du Sport de l'Air et à s'exprimer par un organe particulier.

Ainsi, dans l'avenir, notre activité continuera à se développer dans le cadre du R.S.A.; pour la diffusion des idées, informations et résultats techniques concernant la formule les Cahiers du RSA seront utilisés.

Notre Aviation, plus qu'un organe d'information, aura été un catalyseur qui aura permis d'organiser les manifestations collectives qui ont donné au mouvement amateur MIGNET une audience et une considération qu'il n'avait jamais obtenues jusque là auprès des autorités de tutelle et auprès du R.S.A.

Il reste encore beaucoup à faire pour que la formule MIGNET ait, dans le mouvement amateur en général, la place à laquelle elle a droit. Comme pour tout ce qui a été fait jusqu'à ce jour, nous ne devrons compter que sur notre bonne volonté à tous appuyée sur le Réseau du Sport de l'Air.

Nous remercions tous les amateurs qui nous ont fidèlement soutenus, ceux qui nous ont envoyé des articles, ceux qui avec désintéressement se sont mis à chaque occasion au service de la formule et la Maison des Jeunes & de la Culture de Boulogne Billancourt qui nous a permis de sortir Notre Aviation et nous a aidés dans chacune de nos organisations.

 

NOTRE AVIATION N'EST PLUS!
VIVE LE MOUVEMENT AMATEUR MIGNET!

Yves MILLIEN
Décembre 1962

(1) Peut-être un jour la retrouvera-t-on sous une autre forme.

 



CORRESPONDANCE


Adresser la correspondance concernant la formule MIGNET à :

- 1°) Réseau du Sport de l'Air - Amateurs MIGNET - 183 Cours Lafayette - LYON - Rhône

- 2°) Yves MILLIEN - 55 Quai du Point du Jour - BOULOGNE BILLANCOURT - Seine.




POUR LES AMATEURS PARISIENS

Afin d'établir un contact régulier entre les constructeurs amateurs, une réunion popote aura désormais lieu le dernier vendredi de chaque mois au restaurant "La Côte Basque" 20 Rue de l'Ingénieur Keller – PARIS 15e - à 19 H. 30.

Ces réunions sont organisées sur l'instigation de Messieurs VAN LITH Vice-Président du R.S.A. et MILLIEN Secrétaire Adjoint du R.S.A.

Messieurs BRIFFAUT du S.G.A. et BOURLANGES du Bureau Véritas y participeront à titre personnel.

La première réunion aura lieu le vendredi 25 Janvier 1963.

 



LES ESSAIS EN VOL DES "POU DU CIEL "


Lorsque la construction d'un Pou du Ciel est terminée, deux problèmes se posent : est-il bien centré? Qui va faire les premiers vols?

Eh bien, la meilleure formule est de faire appel à l'un des amateurs qui ont déjà acquis une expérience pratique, en voici la liste :

A. BARON - BOURCEFRANC - Charente Maritime

F. BELLEVILLE - La Chevaline - AIX les BAINS- Savoie

L. COSANDEY - 17 Route de Bertigny - FRIBOURG - Suisse

F. EYSSERIC - Route de Montélimar - NYONS - Drôme

A. GAUTHIER - 14 Rue de la Grette - BESANCON- Doubs

J. HILDEBRANDT - 18 Rue Guillot - C0LOMBES- Seine

J. LE GOUBIN - Le Cadran - MONTMORILLON- Vienne

G. MARTIN - 1 Rue au Vivier - CALAIS - Pas de Calais

Y. MILLIEN - 55 Quai du Point du Jour - BOULOGNE BILLANCOURT - Seine

F. NOISET - 108 Rue du Cimetière - BIERWART- Belgique

M. PHILIPPE - 247 Rue de Bermont - CHATENOIS les FORGES- Territoire de Belfort

H. VIOSSAT - 71 Rue P. Julien - MONTELIMAR - Drôme

 


 

BILAN D’UNE ANNEE D’EXPERIENCE SUR HM 380.


Notre appareil totalise à ce jour environ 110 heures de vol sans incident (sauf une hélice cassée sur une balise). Nous avons volé par tous les temps et toutes les températures, vols de plaine, vols de montagne, voyages...

La formule est d'une sécurité totale. Une fois bien réglé, l'appareil vole pratiquement seul, ce qui est très agréable. Libéré du souci de toujours surveiller les instruments et la vitesse, on vole très décontracté, et l'on peut admirer le paysage en toute quiétude.

Pour l’atterrissage vent de travers ou en rafale, aucun problème, lorsque l'on « sait »… Car ainsi que dans la conduite de tout véhicule, il faut apprendre, avoir une certaine expérience, donc des heures de vol.

L'appareil a un plané remarquable : hélice transparente, sa vitesse de chute à 90/100 Km/h est de 1,50 m/seconde environ, ce qui confirmerait que sa finesse est excellente. (Expérience renouvelée de nombreuses fois, soit en mono, soit en biplace).

Le 25 Novembre, par très beau temps, j'ai fait un vol splendide sur les Alpes, vol à 3.000 mètres. J'avais encore à cette altitude + 2 m/s au vario, mais craignant le froid en descente, je ne suis pas monté plus haut.

J'ai fait voler de nombreuses personnes qui, toutes, sont sidérées par les qualités de sécurité, (Je parle de pilotes classiques) mais qui sont déroutées par la conduite et qui se cramponnent lorsque le badin descend au-dessous de 60 km/h.

Maniabilité remarquable, et réponses instantanées. Voltige à portée de main... mais chut... il ne faut pas le dire, pour l'instant du moins.

Que lui manque-t-il pour être parfait? Un volet à l'aile avant, volet commandé qui permettrait de stabiliser complètement l'aile avant en vol de croisière. Si j'en trouve le temps, j’en monterai un. Dommage que MIGNET ne l’ait pas donné dans ses plans d'amateurs, cela n'aurait pas compliqué beaucoup la construction.

J'ai tout de même passé mon brevet élémentaire au mois d'Octobre à 97 H. de vol... Dès que je le pourrai, je passerai le 2e degré. Il faut bien se mettre en règle...

François BELLEVILLE



LE POU DU CIEL CONSTRUIT INDUSTRIELLEMENT

Une nouvelle société été constituée avec le concours de HENRI MIGNET à Mont de Marsan en vue d'industrialiser la formule. Le développement d'un monoplace et d'un biplace y est prévu


 

VOYAGE AUX SOURCES - MARENNES AOUT 1962

Le temps magnifique de la première quinzaine d'août 1962 me laissait augurer favorablement de mon projet de déplacement à Marennes à l'occasion du stage de pilotage formule MIGNET. Ce devait être là le premier grand voyage de mon 360 et j'utiliserai tous mes loisirs à tout inspecter minutieusement et à tailler une hélice au pas d'un mètre, Ø 1,65; toutes celles utilisées précédemment s'étant révélées "foireuses"! Abstraction faite de mes heures de classique, j'avais à ce moment là, environ 20 H. de vol sur Pou du Ciel. Je reviendrai d'ailleurs, dans un prochain article, sur mon initiation en solo et sur l'utilisation de mon 360.

Du 13 au 14, je passe naturellement une nuit assez agitée et, le 14 au matin, debout dès l'aubette, je me retrouve, bien entendu, devant un ciel gris, menaçant, avec l'envie de faire le trajet en cyclo-rameur plutôt qu'en aéroplane! Par téléphone, je demande à Poitiers l'autorisation d'atterrissage (je n'ai pas encore la radio à cause des 18 émetteurs de parasites de mon Salmson). Enfin, ça y est, me v’la parti!

A Poitiers, feu vert de la tour qui m’attendait, et je me pose en 50 mètres sur une piste du 2 km; juste à l'entrée, bien sûr pour épater les gaziers. Manque de pot, because les travaux d'aménagement, le taxi-way est à l'autre bout. Réfrénant une puissante envie d'y aller en vol, je me tape 2 km de roulement cahin-caha et 2 km de l'autre côté en pensant à mes Aïeux pour passer le temps! Enfin, j'arrête au parking à côté d'un Dragon et de 6 Tiger-Moth de la Royal Navy, où j'ai un beau succès de curiosité. Naturellement, le contrôleur d'aérodrome n'est pas là, j'en profite pour aller à la Météo ou le Kiki de service me déverse des tas de millibars, de quoi attraper une fameuse dépression! Je sors de là pas plus avancé, je vais faire viser mes papiers et je laisse passer deux grains, le temps de remettre dans le réservoir l'huile que j'essuie sur le fuselage.

Me voilà reparti pour Niort où j'ai l'intention de déjeuner. Sitôt en l'air, je suis dans la flotte, drôlement chahuté, avec une visibilité maxi de 2 Km, ça promet! Résigné, je me colle la carte sous les fesses et je file vers St Maixent en « ferrodromie ». Arrivé là, par exemple, j'ai bien cru que j'irais aux vaches. Devant moi, un mur de grains et en plus un orage bas. Par un coup de pot du tonnerre (c'est le cas de dire!), je passe entre deux grains, de l'autre coté, c’est le soleil et le terrain de Niort que j'aperçois avec 20 T6 au parking. De joie, je m'envoie un retournement avant d'atterrir et, 30 secondes après, il y a autour du Pou une grappe humaine qui cherche partout les ailerons! Accueil sensationnel de l'Armée de l'Air qui me pilote tout de suite vers les cuisines. Merci, mon Adjudant-chef!!

Seulement, dans l'euphorie de la digestion, je constate que si le soleil est toujours là, il y a un méchant vent qui m'oblige à coller le piège au hangar. J'attendrai donc un peu, j'attendrai même jusqu'à 19 H pour repartir.

Ouf, J'aperçois SURGERES, puis ROCHEFORT et la mer à droite, ça sent les huîtres! Verticale du pont transbordeur, je vois là-bas le clocher de Marennes et je bille dessus en oubliant le marais sous mes roues. En arrivant, je cherche partout le terrain, quand tout à coup, je vise en bas un grand machin étalé sur la prairie, c'est le RA 14! Demi-tour sec, encore un retournement et je me pose, bien content d'en avoir fini.

Je retrouve ROY, de Chatellerault; je retrouve Pépère (pour les non-initiés, c'est le gars BARON!) et je fais connaissance des amateurs stagiaires et là, je découvre une ambiance extraordinaire et des types bougrement sympas; C’est d’ailleurs, mon cher MILLIEN, l'impression prédominante de mon séjour trop court parmi vous tous que cette atmosphère 100 % amateurs et qui manque, hélas, sur tant de terrains. Après une nuit à Mignet-Village, en compagnie des moustiques, l'arrivée du Saint Patron tout heureux de retrouver " ses amateurs " et aussi une fois celle de NOISET qui, dans la soirée, aux commandes de mon 360 m'a donné la joie de voir mon petit engin en l’air. Eh puis, je me souviendrai aussi très longtemps de ce vieil homme qui, tout ému, est venu me dire qu'il avait fait 150 km pour venir voir des Pou du Ciel. Emu moi aussi, je l'ai laissé égrener devant moi sa jeunesse et ses souvenirs.

16 Août. Je devrais partir pour respecter mon programme mais je trouve sur ce terrain du Bournet une telle ambiance que, brutalement, je décide que le temps est involable et... je reste. Hein CHAPIZOT!

17 Août. Y’a pas à dire! Mais faut partir! Et cette fois, c'est franchement involable. Départ vers Jonzac où l’ami LEGER nous attend à déjeuner. BARON me précède dans le biplace avec NOISET. Sitôt décollés, la crasse nous colle aux plumes comme la guigne sur le pauv'monde! BARON met le cap sur quelque chose et moi je mets le cap sur le gouvernail de BARON! A partir de Saintes, le temps s'améliore un peu et jusqu'à PONS, ça va. A St Ciers Champagne, ça recommence et nous nous posons à Jonzac sous un petit grain. LEGER, que nous avons vu bondir dans la 4 CV, arrive peu après et en route vers la mangeoire. Dans la soirée, BARON et NOISET repartent vers Marennes. Moi, je vais coucher dans un lit pour la première fois depuis trois jours.

Le lendemain matin la météo s’améliore. Le temps d’abattre un peuplier avec LEGER et, le déjeuner avalé, nous repartons à Jonzac où je m'acharne à. chercher, je ne sais pourquoi, une panne hypothétique sur mon moulin. Sans doute l'envie de passer un jour de plus sur cette terre charentaise si accueillante! Enfin, il faut bien se faire une raison. Décollage et passage d'adieu à St Ciers; déjà j'aperçois Barbezieux et son curieux château d'eau; puis Angoulême où je fais de l'essence, toujours très entouré. Enfin la Vienne et là-bas mon clocher, au-dessus duquel j'arrive après un voyage de retour par un temps splendide. Je retrouve ma vieille 201 à l’aérodrome, j'accroche le Pou et, à 20 H, je suis chez moi, le 360 dans son petit abri au fond du jardin. Et croyez-moi, ça n'est pas dans ce dernier point la particularité la moins intéressante de cette aviation d'amateur que j'ai découverte il y a trois ans, de NOTRE AVIATION que j’aime tant.

Jacques LE GOUBIN



NOUVELLES DE SUISSE

Les 2 "Pou" suisses se portent bien et volent tranquillement. Celui de CHUARD, équipé de l'increvable Salmson 40 CV, doit totaliser une centaine d'heures actuellement.

Il arrive parfois que, malgré les efforts méritoires de son pilote, l'avion sorte un peu du rayon de 5 km généreusement octroyé... Cette barrière imaginaire est si mal balisée, l'horizon si vaste et les montagnes si tentantes…!

Sur mon petit 5 "mètres" je suis moins audacieux. Je sais que mon vieux Poinsard 30 CV cassera un jour, inéluctablement, irrémédiablement. Sera-ce l'hélice qui partira avec son moyeu, un bout de vilebrequin et sa belle casserole chromée? Un goulu cylindre avalera-t-il une soupape échaudée? Salade de bielles, peut-être ( à la sauce cambouis assaisonnée de piston concassé avec une pointe de segment parmi... c'est délicieux!)

"J'ironise, excuse-moi vieux Poinsard, et ne me quitte pas encore. Je sais bien que l'été tu as trop chaud à la tête… à cause de la bougie sans doute! L'hiver, le carburo te glace le bas du ventre; tu as des syncopes, hélas… L'hélice te serre un peu trop? Il faut pourtant la supporter : c'est la mode, que veux-tu! Tu n'aspires pourtant pas déjà à la retraite au Musée de l'Air? Rien à faire, tu as trop de compression encore, tes échappements sonores accusent 130 décibels... D'ailleurs pour l'HM 280 notre ami MILLIEN est déjà servi, et pour l'HM 14 de glorieuse mémoire… tu peux courir car tu n'as pas le sex-appeal d'un Aubier et Dunne! "

"Alors, tu restes? – Merci. Merci pour tes loyaux services, pour les beaux moments passés ensemble là-haut. Si je ne craignais de te faire rougir (c'est mauvais pour le cœur d'un moteur), je déposerais sur ton front poli... un chaste baiser.

Louis COSANDEY



UN HM 380 A BESANCON

Un nouveau biplace HM 380 construit par André GAUTHIER vole depuis le mois d'Août; il donne entière satisfaction à son constructeur qui lui fait très rapidement subir les épreuves du CNRA. L'appareil est basé sur l'aérodrome de BESANCON THISE.



ENFIN, FINIS LES TOURS DE PISTE…

Comme étant paru précédemment sur "Notre Aviation" où j'avais fait part à vous, chers amis, de mes derniers essais encourageants à bord de mon HM 293 moteur V.W. 1131 cm3, je puis enfin vous annoncer avec joie que mon cher petit Pou-du-Ciel a passé avec succès les épreuves C.N.R.A. et même, disons-le, a dépassé mes espérances.

Naturellement, dans mon dernier article, le moteur un peu usé et n'ayant pas été révisé à neuf ne me fournissait guère plus de 22 CV. Depuis, une adaptation de cylindres neufs, soupapes etc... fut exécutée par mes soins. Disons que j'avais le temps puisqu'un malheureux accident de travail m'étant arrivé, les essais furent arrêtés pendant une durée de 6 mois. C'est donc au mois de Juillet que je repris ceux-ci - fabrication d'une nouvelle hélice, rodage moteur - Tout ce qui devait être fait fut patiemment et minutieusement réalisé. Bref, le résultat ne se fit pas attendre, décollage facilité, vitesse plus grande et meilleure tenue de vol. Pourtant une chose me chagrinait, au point fixe je n'obtenais que 2.500 Tr/mn alors que le Bébé Jodel du club au moteur essoufflé en avait 2.650. Le poids de celui-ci étant à peu près pareil, je me décidais à faire un tour en Bébé et étudiais les régimes en vol; à mon atterrissage, une idée me vint : je démontais l'hélice du Bébé Jodel et l'adaptais sur mon Pou.

Voici ce que j'obtins avec cette hélice (que j'avais accaparée pour le passage des épreuves CNRA en attendant celle que j'avais commandée) :

Régime - Point fixe 2.750 Tr/mn (simple allumage)
Décollage - Régime 2.800 Tr/mn - 120 à 150 m de roulement (suivant le vent)
montée 1,50 m/seconde à 60 Km/h par temps calme
passage à 600 m du point de départ arrêté plus de 20 m, cela réservoir plein.

Croisière - Régime : gaz à peine 1/2 ouvert, 2.750 Tr/mn, vitesse sol contrôlée sur 20 Km : 115 km/h, avec 25 CV ce n'est pas mal, moi-même j'en étais étonné.

J'avais sur mon tableau de bord un clinomètre et celui-ci m'indiquait en croisière au vario 0, un angle de fuselage positif de 1°; Je me suis mis à contrôler l'angle de l'aile arrière qui n'était qu'à 8° et l'ai amené à 9° (relevé de queue de nervures d'origine) et maintenant vario 0, clino 0. Je dis ceci car le calage de l'aile arrière sur HM 293 est très important (j'ai lu l'article sur la formule MIGNET dernier Cahier du R.S.A.) et ceci à cause de la déflexion due à l'aile avant.

En résumé, un réglage parfait 100 % plan de la cellule, un moteur qui donne bien et constamment ses 24 ou 25 CV, une hélice bien adaptée, et ceci est suffisant pour que vous possédiez un bon petit Pou comme moi-même, car mon premier grand vol a eu lieu comme vous le devinez, pour l'épreuve d'autonomie CNRA. Croyez-moi 2 H.30 en l'air à bord d'un Pou du Ciel c’est délicieux.

Encore un mot, méfiez-vous des plans dits standard des hélices car bien souvent elles ne sont point adaptées pour le genre de moteur que vous possédez (j'en ai fabriqué quatre) et en plus si vous ne pouvez acquérir un plan hélice VW 1131, si vous avez celui-ci ou du type même de votre moteur, n'insistez pas 25 CV AVA ne sont pas 25 CV VW. Les régimes sont différents, ne serait-ce que 100 tr/mn et vous n'avez pas le maximum de rendement, et lorsque l'on est à ces petites puissances, il faut toutes les chances avec soi. Je ne veux pas paraître comme un grand conseilleur, mais vu que j'ai fait l'expérience, je vous préviens amicalement et faites comme moi, tant que vous ne serez pas sûrs, achetez l'hélice et vous ne le regretterez pas.

Un amateur heureux.

Michel PHILIPPE



SUR DEUX POUX-DU-CIEL


Clermont-Ferrand, 12 Août 62, journée de la soif! Les pilotes sont au bar, les avions rôtissent au soleil. Mais demain matin, alors que tout dort encore après une soirée plutôt lourde, je volerai sur le 380 bien léché de BELLEVILLE.

Cet avion est spécialement bien construit. Certaines ferrures ont été opportunément renforcées. Les fusées et roues de scooter Peugeot remplacent avantageusement semble-t-il celles de Vespa.

Nous décollons, nous grimpons confortablement et nous sommes en croisière avec 140 au badin. Je suis un peu distrait: le paysage est si prenant. Démonstration de décrochages. voilà du nouveau pour moi. Très cabré, ça finit par décrocher d'ailleurs en douceur, mais ce mouvement, ce changement d'assiette s'arrête net dès qu'en rend un peu la main. Gaz réduit, idem.

Evolutions en tous sens, comme un vrai bon Pou. Et ça plane remarquablement bien moteur réduit. Que voilà donc un avion bien réussi qui fera belle carrière! Eh merci encore au charmant pilote.

Mâcon, 14 Août. Il fait moins soif... Un avion flambant neuf est au terrain. Il ressemble à un MIGNET : C’est le "Goéland" de GAUTHIER et LANDRAY. Les ailes, le fuselage, sortent des ateliers CROSES. Conçu par celui-ci comme triplace 90 CV, c’est devenu biplace parce qu'on disposait d'un 65 CV Continental.

Là aussi, construction soignée, impeccable : roulements à rotules aux commandes, amortisseurs oléo-pneumatiques, une cabine claire, bonne visibilité en tous sens, tout ça est bien agréable et inspire confiance

Et me voilà en l'air. Evolutions "père de famille" pour commencer, un peu plus serrées par la suite. Alain CROSES l'a même bien secoué en lui faisant faire quelques looping, je crois. Pilotage sans histoire. J’ai essayé quelques décrochages, avec et sans volet, c'est très sain. Un grand bravo aux constructeurs, avec toute ma gratitude pour la confiance qui m’a été accordée.

Voilà donc deux avions qui feront bonne réclame aux constructeurs amateurs dans le cadre du R S A.

Louis COSANDEY



RASSEMBLEMENT DU RSA à CLERMONT- FERRAND 11-12-13 AOUT

Moins de "Pou du Ciel" qu'à Morlaix l'an dernier, quatre seulement (il est vrai que nous n'avions pas cette année préparé spécialement ce rassemblement) : le HM 293 de F. NOISET venant de Namur via Marennes, le HM 380 de F. BELLEVILLE venant d'Aix les Bains, le triplace d'Eysseric et VIOSSAT et le EC 02 de E. GROSES.

Le HM 380 remarquablement bien construit par F. BELLEVILLE fut incontestablement une des principales attractions du Rassemblement et le constructeur et son copilote P. FILHOL eurent fort à faire pour essayer de satisfaire les amateurs d'essais.

Fernand NOISET avait apporté à son HM 293 de nombreuses petites modifications qui amélioraient la résistance et l'aspect de celui-ci. Fernand NOISET devait repasser ensuite par Marennes pour participer au Rassemblement des amateurs MIGNET; en fonction de ses ressources qui sont modestes, sa foi propagandiste mérite un coup de chapeau.

Louis COSANDEY venu par la route fut très entouré. Yves MILLIEN et Guy ROY étaient venus par la route de Marennes, le stage de pilotage étant suspendu pour la circonstance pendant 48 heures.

 


 

NOUVELLES DE SAVOIE


Nous publions ci-dessous une lettre adressée à Yves MILLIEN par Pierre FILHOL qui est le copilote du HM 380 construit par François BELLEVILLE à AIX-les-BAINS; elle reflète la foi dans la formule et le rôle de propagandistes de cette sympathique équipe.

" Cette lettre pour te donner des nouvelles du mouvement "Pou" dans la région.

Après avoir quitté Clermont, nous sommes allés à St Etienne de St Geoires voir Gauthier; Il faisait chaud ce jour-là et nous avons bien passé le Forez, après un détour par Ambert.

Nous avons été brassés par des thermiques purs dans la région de St Chamond puis dans la grisaille, la cluse de Voreppe nous a servis d’amer pour arriver à St Etienne de St Geoires où nous avons atterri après 1 H. ½ de vol. Gauthier arrivait en même temps. On a mangé en vitesse, sorti son Pou qui était prêt. Il nous a fait une ligne droite; Belleville l'a emmené faire un tour sur le nôtre. Puis Belleville est allé pour faire une ligne droite avec celui de Gauthier, mais il a continué, voyant que tout allait bien, l'a essayé un bon moment et s'est reposé. Il a pris Gauthier avec lui et sont partis une bonne ½ heure. Reposés, il a laissé partir Gauthier seul. Il s'est bien débrouillé.

Ces jours derniers j'ai eu un mot de Gauthier. Il est à Besançon. Il a pu convoyer son Pou jusqu'à Tize (aérodrome de Besançon) et il totalise plus de 30 heures de vol actuellement sans histoires. Le coin est paraît-il sympathique car il y a 12 appareils d’amateurs. Il a l'intention d'aller une fois à Belfort voir Philippe qui y a son HM 293. Nous, nous volons le dimanche ou le lundi dans la région. Nous sommes allés à la fête aérienne de St Chamond où nous avons eu beaucoup de succès. Fin Août nous étions allés à l'inauguration du terrain d’Albertville (Savoie). J'ai trouvé là un brave homme d’une soixantaine d'années qui était venu à la fête voulant voir si les journaux qui annonçaient la venue d'un Pou ne s'étaient pas trompés. Il n'en revenait pas de voir que la formule avait persévéré et que ça marchait.

Le temps était orageux et au retour nous avons encore pu l'essayer dans la turbulence, pluie et grésil.

Dimanche dernier nous sommes allés sur un petit aérodrome de la région de Grenoble où nous savions que l'on faisait les essais d'un autoplan. C'est un joli petit monoplace â ailes très décalées piloté par l'aile AR sans ailerons. Malheureusement, le "Poinsard" avait secoué le bati-moteur qui avait criqué à une soudure. Nous avons fait voler 4 amateurs.

Si tu sais d'autres HM en construction dans la région dis-le nous, cela nous fera plaisir de les encourager. Une fois j'ai fait voler un mécanicien qui a été étonné et qui a décidéde terminer un HM 293 bien avancé et que certains "classiques" avaient dégoûté de terminer (ménanicien volant sur hélicoptères de l’armée).

Je viens de lire sur les Ailes l'article sur le stage de Marennes. Très bien surtout pour les considérations sur l'atterrissage, entièrement d'accord."

Pierre FILHOL

 


 

LISTE DES AVIONS FORMULE MIGNET QUI VOLENT


TYPE CONSTRUCTEUR Immatriculation AERODROME

HM 290 monoplace (J. BOUQUET F-PERF ROYAN C.M. )P. MIGNET

HM 293 " J. HILDEBRANDT F-PGYA MITRY MORY S & M

HM 293 " F. NOISET CO-11 TEMPLOUX Belgique

HM 293 " H. RASP F-PDVS Stras. Enteheim B.R.

HM 293 A " C. MARTIN F-PKFK CALAIS P. de C.

HM 293 A " M. PHILIPPE F-PIIG BELFORT CHAUX T.B.

HM 296 " A. BARON F-PFRH MARENNES C.M.

HM 320 " H. MIGNET F-PHZI ROYAN C.M.

HM 350 biplace H. MIGNET F-PHOT ROYAN C.M.

HM 360 monoplace L. GANCEL F-WFKC LESSAY M.

HM 360 " LE GOUBIN F-PKFV MONTMORILLON V.

HM 380 biplace A. BARON F-PKFB MARENNES C.M.

HM 380 " F. BELLEVILLE F-PKFN AIX-les-BAINS S.

HM 380 " A. GAUTHIER F-PKVH BESANCON-THISE D.

HM 390 " H. MIGNET F-WJDY LESSAY M.

CHUARD monoplace S. CHUARD HB-X-SOR FRIBOURG Suisse

COSANDEY " L. COSANDEY HB-X-SUP FRIBOURG Suisse

CROSES EC 02 " E. CROSES MACON S.& L.

CROSES EC 03 " (GAUTHIER F-PKMZ MACON S.& L.

CROSES EC 04 " E. CROSES F-PKF MACON S.& L.

EYSSERIC triplace (F. EYSSERIC G. LANDRAY . VIOSSAT ) F-PJXI VISAN Vaucluse



EN BREF

- Le biplace CROSES EC 03 dont GAUTHIER et LANDRAY avaient racheté la menuiserie et pour lequel ils ont fait une partie métallique de leur cru magnifique a effectué son premier vol à MACON au mois août. L'appareil a depuis conquis son C.N.R.A. et est toujours basé à MACON.

- Christian MARTIN de CALAIS a fait passer le C.N.R.A. à son HM 293 à moteur V.W. pendant le mois d'Août, il est allé faire un stage de moniteur au centre national de CHALLES les Eaux en Septembre.

- Michel PHILIPPE qui a quitté SAINT DIZIER pour la région de BELFORT a fait passer le CNRA à son HM 293 à moteur VW pendant le mois d’Août. L'appareil est basé sur l'aérodrome de BELFORT CHAUX.

- Notre camarade Paul POINSOT résidant précédemment à BONE en Algérie a regagné la métropole et s'est installé à NANTES où il termine la construction de son HM 360. Bienvenue à lui et à sa famille.

- Les plans des avions HM 360 monoplace et HM 380 biplace peuvent être obtenus en expédiant 170 francs à HENRI MIGNET - Logis des Pierrières par Saint Romain de Benet - Charente Maritime.

- Albert BARON a mis au point une hélice pour le biplace HM 380 à moteur Continental 65 CV qui donne des résultats remarquables; Les amateurs qui construisent un tel appareil ont intérêt à s’adresser à lui, ajoutons que le prix est véritablement amateur.
Ecrire à Albert BARON – Charpentier de Marine à BOURCEFRANC – Charente Maritime.

 


 


LE HM 380 A L’EPREUVE A MARENNES

Le HM 380 construit par A. BARON qui a été utilisé pour l'école pendant le stage a subit de ce fait un essai de vieillissement accéléré, 100 H. de vol au début du stage, 200 H. environ à la fin.

Il faut reconnaître franchement que l'appareil, qui par ailleurs a de très bonnes qualités de vol, a exigé une maintenance beaucoup trop importante. Comparativement, le RA 14 de MARENNES, soumis aussi au travail d’école et construit par A. BARON il y a plus de 10 ans, s'est beaucoup mieux comporté, n’ayant jamais été indisponible pour réparation plus d’une heure et cela 3 ou 4 fois seulement pendant le mois.

Le HM 380 a donc, par rapport à ses concurrents les Jodel 112, Emeraude et RA 14, un potentiel nettement insuffisant et Henri MIGNET devrait porter remède à ce handicap sinon la réputation de l'appareil risquera d'en souffrir.


Tous les déboires sont venus de la partie métallique qui a pris très rapidement du jeu, entraînant plusieurs ruptures qui, par chance, n'eurent pas de conséquences graves.

Voici les principaux points défaillants :

1°/ Toutes les ferrures où passent des axes d'articulation

- Il est souhaitable d'augmenter la surface d'appui des axes sur les ferrures (mauvaise tenue au matage) en soudant soit des rondelles, soit des petits paliers en tube.

- Toutes ces ferrures doivent être faites en acier 25 CD4S ou acier inoxydable Z 10 CNT18.

- Lorsque le jeu atteint 0,3 mm il faut changer les axes.

- Lorsque après plusieurs changements d'axes on atteint la cote initiale + 1 mm pour le trou, il faut changer la ferrure.

2°/ Les ferrures d'articulation de l'aile avant sur la cabane - formation de criques dans les rayons de pliage entraînant des ruptures.

3°/ Le jeu dans les charnières de repliage.

4°/ Le jeu dans la chape à queue filetée du mât.

5°/ Le jeu dans le système de commande de l'aile avant, en particulier dans le renvoi en Duralumin qui doit être bagué bronze ou acier.

6°/ Le jeu dans tout le système roulette de queue qu'il faut vérifier avec beaucoup d’attention avant chaque décollage.

7°/ L’ensemble moyeus-roues Vespa qui est à abandonner complètement pour le biplace - avant le stage deux ruptures de fusées qui avaient été remplacées par deux fusées de 4 CV Renault et qui ont tenu le coup; pendant le stage deux ruptures de roues Vespa

Yves MILLIEN

 



Dans les prochains Cahiers du R.S.A. vous trouverez un article concernant le jeu et le matage.


 

TROISIEME RASSEMBLEMENT DES AVIONS D'AMATEURS FORMULE MIGNET


Dans le cadre du stage de pilotage a eu lieu le 15 Août le troisième rassemblement d'avions d'amateurs MIGNET qui a réuni 6 "Pou du Ciel". C'était la première fois qu'un tel nombre d'appareils parfaitement en règle (C.N.R.A.) étaient ressemblés sur le même terrain; ils se décomposaient comme suit :

le H. M. 290 de M. P. MIGNET venant de Royan

le H. M. 293 de M. F. NOISET venant de Belgique

le H. M. 296 de M. A. BARON basé au Bournet

le H. M. 350 de M. H. MIGNET venant de Royan

le H. M. 380 de M. LE GOUBIN venant de Montmorillon

le H. M. 380 de l'A-C. du bassin de Marennes basé au Bournet.

Parmi les personnalités présentes à ce rassemblement citons : Henri MIGNET, M. BERAUD Président du R.S.A., le Docteur LYET Président de l'AC du Bassin de Marennes, M. VIOSSAT venu pour faire passer les tests aux stagiaires, M. BARON animateur de la vie aéronautique locale, M. HERVE secrétaire de l'A.C. du Bassin de Marennes, et M. MILLIEN organisateur de la manifestation.

La journée s'acheva sur un magnifique vol de groupe. Des participants, M. F. NOISET fut le plus méritant, venant de Namur en Belgique, il était passé à Marennes avant de se rendre au rassemblement du R.S.A. à Clermont-Ferrand les 11, 12 et 13 Août et revint ensuite à Marennes pour le 15 Août. On a aussi vu pour la première fois à un rassemblement le minuscule H.M. 290 de Pierre MIGNET et le très beau H.M. 360 à moteur Salmson 40 CV de M. LE GOUBIN. Cette manifestation fut une nouvelle marque de la vitalité du mouvement amateur MIGNET.



ECOLE DE PILOTAGE SUR AVION CLASSIQUE - MARENNES AOUT 1962

Parallèlement au stage sur avion MIGNET, la possibilité avait été offerte aux membres de l'A-C du Bassin de Marennes de bénéficier de la présence du moniteur pour faire de l'école sur avion classique. Cinq personnes ont profité de cette facilité. Ce sont :

Mme Jeanne CIRON de Baixas - Pyrénées Orientales: 1H.52 de double commande

M. Adèle DURANDET de Bourcefranc - Charente Maritime: 8H.20 de double commande

M. Louis GIRARD de Bourcefranc - Charente Maritime: 6H.30 de double commande

M. Jean Claude MOUMON de Marennes - Charente Maritime: 4H.51 de double commande

M. Jean TETAUD de Bourcefranc - Charente Maritime: 6H.42 de double commande

totalisant sur l'avion Roger Adam R.A.14 F-PGKC :

28H.15 de vol et 138 atterrissages.


RESEAU DU SPORT DE L'AIR - CONSTRUCTEURS AMATEURS FORMULE MIGNET
MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE DE BOULOGNE BILLANCOUR

NOTRE AVIATION N° 9 a été fait avec la bonne volonté de Mme J. MILLIEN, MM. BELLEVILLE, COSANDEY, FILHOL, LE GOUBIN, LOUVEZE, MILLIEN, PHILIPPE.


Auteur de l'article: Yves MILLIEN
Documents originaux: scans fournis par JEAN-MARIE BALLAND
Saisie des textes: Alain BERLAND
Mise en ligne: Thibaut CAMMERMANS


Avertissement important | Carte du site | Webmaître: thibaut_cammermans#yahoo.fr (#=@)